Page précédente

Cher(e)s Ami(e)s Stadistes,

J’espère tout d’abord que vous et les vôtres avez été épargnés par l’épidémie et, si ce n’est pas le cas, je souhaite à tous très sincèrement un prompt et complet rétablissement.

Comme indiqué dans nos précédents courriers, il nous semble important de faire régulièrement le point de la situation.

Suite aux accords conclus entre le Ministère des Sports et les Fédérations concernées, la pratique des sports individuels en extérieur, sans compétition et sans école, a pu reprendre dans des conditions de strict respect des conditions de sécurité, toutes les installations couvertes restant fermées.

Le Haras Lupin a donc pu ouvrir le parcours de golf le 12 Mai comme Courson.
Grâce au travail des équipes, le parcours en parfait état et l’organisation mise en place donnent toute satisfaction aux membres.

A Géo André ce sont les trois courts extérieurs qui ont pu ouvrir le 18 Mai.
On peut y jouer en simple sur réservation.
Priorité est donnée aux membres de Géo André et à ceux de la Faisanderie tant que ce site est fermé.

La Faisanderie reste fermée jusqu’à nouvel ordre.
Alors que tous les clubs d’Ile de France sont ouverts et que Maire et Préfet ne s’opposent pas à l’ouverture, nous subissons la fermeture du Parc de Saint Cloud.
Nos demandes réitérées auprès des autorités du Parc et du Président du Centre des Monuments Nationaux (CMN) dont il dépend, n’ont pas abouti malgré le préjudice causé.
Nous sommes en présence d’un problème politique.
Le CMN qui gère les Musées est la cible de la CGT qui cherche à en empêcher la réouverture et, dans ce contexte, n’est pas enclin à passer outre à la fermeture des Parcs et Jardins en zone rouge.
Nous insistons et avons rendez-vous en début de semaine avec les responsables pour leur expliquer les problèmes rencontrés, l’impact sur notre avenir et les solutions que nous proposons.

Perspectives
Il nous semble peu réaliste d’envisager un changement avant le 2 Juin.
C’est une date charnière, indiquée dès fin Avril par le gouvernement comme la prochaine étape du retour à la normale et nous attendons des annonces dans le courant de la semaine.
Dans cet espoir, le nécessaire est fait pour que la Faisanderie soit prête à ouvrir le 2 Juin et le Restaurant le 15 Juin.

A propos des cotisations
Dans cette période difficile et anxiogène pour tous dans des domaines et à des degrés divers, la décision du Bureau concernant l’appel de Mai a suscité interrogations et réactions et nous voulons faire toute la lumière à ce sujet.

En Préambule, il est nécessaire de rappeler que le Stade Français n’est pas une Société vendant des services à ses clients dont les actionnaires nomment les dirigeants et perçoivent les bénéfices, mais une Association sans but lucratif.
Tous les adhérents sont des sociétaires, en quelque sorte copropriétaires.
Ils élisent le Comité Directeur et partagent le sort de l’Association, les marges étant intégralement réinvesties.

Lors de la fermeture mi-Mars, le Bureau a dû faire face à une grande incertitude quant à la durée de la crise, l’impact sur notre avenir après un exercice déficitaire et les conséquences non encore clarifiées de ce cas inconnu de force majeure.

C’est dans ces conditions qu’il a fallu statuer sur l’appel de Mai avec 2 objectifs : assurer le fonctionnement durant la fermeture et éviter toute décision qui pourrait compromettre l’exercice suivant quand, après la reprise, il faudrait régler toutes les dettes dont l’échéance avait été reportée. Il est vite apparu évident, sur la base des données disponibles, que la prudence interdisait d’envisager à ce stade tout remboursement ou réduction de cotisation.

Les seules pertes de recettes des nouveaux membres, des green fees et des locations d’installations, ajoutées à un avoir de 2 mois de cotisations Faisanderie, aboutiraient malgré le remboursement du chômage partiel, à un accroissement considérable du déficit.

Sur ces bases, le Bureau décida à l’unanimité, à ce stade, de maintenir, l’appel de Mai (montant et date) tel que voté précédemment par le Comité Directeur, considérant qu’il ne serait en mesure de décider d’ajustements éventuels qu’une fois appréhendée la situation à fin Septembre.
Comme ce fût toujours le cas, les demandes individuelles d’échelonnement ou de report devaient être examinées avec bienveillance.
Il fût également décidé que, dans toute la mesure du possible, le remplacement des prestations annulées telles que stages ou cours, seraient proposées par les sections.
Après validation par le Comité Directeur, ces dispositions ont été mises en œuvre comme prévu.

Depuis cette prise de décision mi-Mars, nous disposons de plus d’informations.
Compte tenu de la généralisation des reports d’échéance, le souci principal n’est plus la situation de trésorerie dans l’immédiat mais ultérieurement quand il faudra honorer les échéances reportées, comme d’ailleurs ce sera le cas pour beaucoup d’entreprises et d’institutions.

Ce n’est qu’en Septembre que pourront être estimé l’impact de cette crise et décidés les ajustements éventuels.
Ce sera fait comme précédemment avec le seul souci de l’intérêt des membres et de l’Association court et moyen terme.
Je m’engage à ce que les informations sur les décisions qui seront prises soient communiquées avec la plus grande transparence.

J’ai bien conscience que, dans les circonstances actuelles, cet appel à la solidarité puisse résonner différemment selon la situation de chacun.
J’en suis désolé.
Mais je reste également convaincu que la décision prise par le bureau était malheureusement la seule possible pour ne pas hypothéquer l’avenir de notre club.

Je tiens à vous remercier pour votre compréhension et votre attachement au Stade Français.
Je veux aussi exprimer la reconnaissance du Club aux membres qui ont payé leurs cotisations à l’échéance ou en avance.
Notre gratitude va également à nos collaborateurs qui ont accepté des réductions de salaires pour aider le club à traverser cette période difficile que, j’en suis convaincu, nous surmonterons tous ensemble.

J’espère vivement que nous pourrons bientôt tous nous retrouver dans ces sites auxquels nous sommes si attachés.

Très cordialement,

Philippe Beylier
Président